Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mai 2014 3 21 /05 /mai /2014 14:53
N'oeuvre pas pour qu'on te mentionne

rappel en image

Repost 0
Published by la-ilaha-illallah - dans La sincérité (al-ikhlas)
commenter cet article
14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 14:48
Lorsque la peine envahit ton coeur

rappel en image

Repost 0
Published by la-ilaha-illallah - dans Rappels
commenter cet article
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 16:00
le voile qu'il y a entre les yeux des Jinns et la nudité

D'après Anas Ibn Malik (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه وسلم) a dit:

« Le voile qu'il y a entre les yeux des Jinns et la nudité des enfants d’Adam réside dans le fait de dire « BismiLlah » avant d’enlever ses vêtements. »

(Rapporté par At-Tabarani dans « Al-awsat » n°7066, Ibn Mâjah n°297 et authentifié par Al-Albani dans « Sahih al-jami’ » n°3610)

Repost 0
Published by la-ilaha-illallah - dans Hadith
commenter cet article
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 15:33

 

Ibrahim Ibn Shamass (rahimahu Allah) a dit :

 

« J'ai connue Ahmad Ibn Hanbal alors qu'il n'était qu'un enfant, malgré son jeune âge il se levait la nuit pour prier. »

 

( Siyar a’lam an-nubala - 11/228)

Repost 0
Published by la-ilaha-illallah - dans Les savants
commenter cet article
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 14:13
Untel a rechuté

Untel a rechuté

Repost 0
Published by la-ilaha-illallah - dans croyance
commenter cet article
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 11:06
Le mérite du savant sur le dévot

« Le mérite du savant sur le dévot est tel le mérite de la lune, la nuit où elle est pleine, sur l'ensemble des astres »

 

Cette idée a également été rapporté du Prophète (sallallah'alayhi wa salam) d'après Mu'âdh et Abû al-Dardâ', mais leurs deux chaînes de transmission sont discontinues (1).

 

Dans cette parabole, le savant est comparé à la lune lorsqu'elle est pleine – au plus fort de sa croissance et de sa luminosité – et le dévot aux astres. On y explique que la différence de mérite entre le savant et le dévot est la même qu'entre la pleine lune et les astres. Le secret de cela réside- et Allah sait mieux- dans le fait que la lumière de l'astre ne se limite qu'à lui-même. La lumière de la pleine lune, quant à elle, illumine l'ensemble des habitants de la terre qui s'en servent pour s'éclairer et s'orienter dans leurs déplacements.

 

Il (salallah'alayhi wa salam) dit : « l'ensemble des astres » et non « l'ensemble des étoiles », parce que les astres ne servent pas à s'orienter, ils sont donc semblables au dévot qui n'est utile qu'à lui-même. Les étoiles quant à elles servent de guide, comme dit le Très-Haut :

 

« Et au moyen des étoiles ils se guident. » Coran, al-Nahl : 16

 

« Et c'est Lui qui vous a assigné les étoiles, pour que, par elles, vous vous guidiez dans les ténèbres de la terre et de la mer. » Coran, al-An'âm : 97

 

De même, le Prophète (salallah'alayhi wa salam) compara les savants aux étoiles dans le hadith cité précédemment.

 

On rapporte également qu'il (salallah'alayhi wa salam) aurait dit :

« Mes compagnons sont tels les étoiles, quel que soit celui que vous suivez, vous serez guidés » (2)

 

Il est dit en outre que la lune tire sa lumière de celle du soleil, de même que la lumière du savant provient de celle de la révélation. C'est la raison pour laquelle le savant fut comparé à la lune et non au soleil.

 

note :

1) Rapporté par al-Tirmidhî d'après Abû al-Dardâ, n°2682. Jugé authentique par al-Albânî dans sa vérification de Sunan al-Tirmidhî.

2) Rapporté par Ibn'Abd al-Barr dans Jâmi'Bayân al-'ilm wa Fadliht, t.2, p.91 et jugé inventé par al-Albânî dans Silsilat al-Ahâdîth al-Da'îf, n°58)

 

 

Titre : Les héritiers des Prophètes

Auteur : Ibn Rajab al-Hanbalî

Pages : 46-47

Edition : Al-Hadîth éditions

Retranscription : oumomeya

Site : Rappel01.fr

Acheter le livre en ligne : www.daralmuslim.com

Repost 0
Published by la-ilaha-illallah - dans Les savants
commenter cet article
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 11:01
l'exemple illustrant toutes les attitudes des gens face au message prophétique

Nous donnerons ici l'exemple illustrant toutes les attitudes des gens face au message prophétique et comment ils se distinguent dans leur réponse à ce message prophétique et comment ils se distinguent dans leur réponse à ce message. Il y a les devanciers, ceux qui se tiennent sur une voie médiane et ceux qui se font du tort à eux-mêmes. Ainsi apparaîtra le mérite des savants voués à leur Seigneur par rapport à toutes les autres personnes. On donne l'image d'un émissaire envoyé par le chef suprême et qui transmet le message de ce dernier à toutes les contrées. Aux yeux des gens, il est véridique dans le message qu'il transmet du souverain à ses sujets avec comme contenu : nulle bienfaisance n'est plus large que celle du chef suprême, nulle équité n'est plus aboutie que la sienne et nulle oppression n'est plus dure que la sienne. Le chef ne manquera pas de convoquer ses sujets pour qu'ils s'installent chez lui. Celui qui se rendra chez lui avec un quelconque bienfait se verra accorder, grâce à lui, la meilleure récompense, e celui qui se rendra à lui avec quelque méfait se verra accordé, en conséquence, la pire rétribution. Le souverain aime telle et telle chose et répugne telle et telle autre chose. Cet émissaire ne laisse aucune action des sujets sans les inormer de ce que le souverain aime ou répugne. Il leur ordonne de se préparer et de se rendre à la demeure du souverain où ils logeront et il les informe que toutes les contrées seront détruites à l'exception de celle du chef suprême et que ce dernier enverra à quiconque ne se prépare pas à prendre la route quelqu'un qui le contraindra à quitter sa patrie dans l'état le plus pitoyable qui soit. Il décrit en outre les meilleurs qualités du souverain comme la beauté, l'excellence, la magnificence et la magnanimité.

 

Les gens se divisent alors en plusieurs catégories quant à la réponse donnée à cet émissaire, qui invite à rejoindre le souverain :

 

- Certains le croient et n'ont d'autre préoccupation que de se renseigner sur ce que le souvrain aime de la part de ses sujets pour se présenter à lui en respectant cela. Ils lui consacrent entièrement leurs actes et appellent les autres à agir de la sorte. Ils veillent également à se renseigner sur ce que le souverain déteste pour l'éviter et pour inciter les gens à s'en écarter. Leur principal souci est de s'enquérir des qualités du souverain, de sa magnificence et de sa magnanimité, de ce qui accroit leur amour et leur vénération pour ce souverain ainsi que leur désir de le rencontrer. Ainsi ils partent à la rencontre du souverain en emportant, autant que possible, ce qu'il y a de plus cher aux yeux du souverain et ce qu'il aime et agrée. Ils sont accompagnés d'une immense escorte formée de gens comme eux, qu'ils mènent à la demeure du souverain.

 

Ils connaissent, grâce à ce guide – l'émissaire véridique- le plus court chemin menant au souverain ainsi que les provisions qui leur seront utiles pour emprunter cette route. Ils en tiennent compte dans leurs agissements au cours de ce cheminement, de même que ceux qui les accompagnent.

Telle est la caractéristique des savants voués à leur Seigneur qui suivent la bonne voie et qui guident les hommes qui les suivent sur le sentier d'Allah.

 

En arrivant chez le souverain, les sujets sont accueillis avec autant d'enthousiasme que des proches qui étaient dans l'attente de l'arrivée d'un parent absent.

 

 

- Certains veillent à se préparer à partir seuls à la rencontre du souverain, sans chercher à se faire accompagner par d'autres.

C'est là la caractéristique des dévots qui apprennent ce qui leur est utile et qui s'emploient à le mettre en pratique.

 

 

- D'autres cherchent quant à eux à ressembler à l'une des deux catégories précédentes et font paraître aux gens qu'ils en font partie, que leur but est de s'approvisionner pour le voyage, alors que leur intention est de rester dans leur demeure éphèmère. Il s'agit de savants et de dévots qui font preuve d'une fausse piété dans leurs oeuvres pour obtenir les avantages des rangs qu'ils occupent. Leur situation auprès du souverain lorsqu'ils se rendent chez lui est la pire qui soit. On leur dira : « Demandez votre récompense à ceux pour qui vous oeuvriez ! Vous n'avez aucune part chez nous ». Ils seront d'ailleurs les premiers monothéistes à attiser l'Enfer.

 

 

- D'autres encore comprennent le message du souverain que l'émissaire leur transmet, mais la négligence et l'apathie les dominent et les dissuadent de s'approvisionner pour le voyage, d'emmener ce que le souverain aime et d'éviter ce qu'il répuge. Tels sont les savant qui ne mettent pas en pratique leur savoir et qui sont sur le point de périr. Il est possible que d'autres profitent de leur connaissance et du trajet qu'ils décrivent. Ainsi, les disciples sont sauvés alors que périssent ceux auprès de qui ils apprennent le chemin.

 

- Certains encore croient en l'appel de l'émissaire concernant l'invitation du souverain, mais ils n'apprennent pas de lui le trajet du voyage ni les détails de ce que le souverain aime et répugne. Ils s'en vont donc seuls et s'engouffrent dans des chemins escarpés, des coupe-gorges et des déserts hostiles. La plupart périssent ou s'arrêtent en chemin et n'arrivent pas jusqu'à la demeure du souverain. Tels sont ceux qui oeuvrent sans espoir.

 

- D'autres enfin n'accordent aucune importance à ce message et ne s'en préoccupent guère. Ils veillent plutôt aux intérêts de leur séjour dans leurs patries dont la destruction est pourtant annoncée par l'émissaire. Certains d'entre eux démentent totalement l'émissaire et d'autres croient en lui par la langue, mais ne cherchent pas à connaître la teneur de son message ni à le mettre en pratique. Tels sont la plupart des gens qui se détournent du savoir et de la pratique. Certains d'entre eux sont mécréants et hypocrites, d'autres sont des pécheurs qui se font du tort à eux-mêmes.

 

Ainsi, l'émissaire du souverain vient les trouver, ils les informe de ce qu'il adviendra de leurs patries et les appelle à se rendre chez le souverain. Ils viennent alors à lui comme l'esclave fugitif revient vers son maître irrité.

 

Si l'on médite sur ces catégories de personnes, on ne trouvera personne de plus noble ni de plus proche du souverain que les savants voué à leur Seigneur. Ils sont en effet les meilleures créatures après les Messagers.

 

 

 

 

Titre : Les héritiers des Prophètes

Auteur : Ibn Rajab al-Hanbalî

Pages : 62-65

Edition : Al-Hadîth éditions

Retranscription : oumomeya

Site : Rappel01.fr

Acheter le livre en ligne : www.daralmuslim.com

Repost 0
Published by la-ilaha-illallah - dans Les savants
commenter cet article
23 mars 2014 7 23 /03 /mars /2014 19:20
3 choses font partie de la patience

3 choses font partie de la patience

Repost 0
Published by la-ilaha-illallah - dans Citations
commenter cet article
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 09:29
Le savoir que nul n'est censé ignorer

Le savoir que nul n'est censé ignorer

 

 

Ibn Rajab al-Hanbalî

 

 

Le but ici set d'établir que la quête du savoir est un moyen menant au Paradis. En effet, dans le hadith connu du Prophète (salallah'alahyi wa salam) :

 

« Lorsque vous passez par les jardins du Paradis, profitez-en! »

 

On demanda : « Que sont les jardins du Paradis ? »

Il (salallah'alahyi wa salam) répondit : « Les assemblées d'évocation ». (1)

Lorsque Ibn Mas'ûd citati cette parole, il disait : « Je vise certainement pas les conteurs, mais les assemblées de jurisprudence ». On rapporte aussi d'Anas des propos allant dans le même sens.

 

'Atâ' al-Khurâsânî dit : « Les assemblées de jurisprudence sont celles du licite et de l'illicite, montrant comment vendre et acheter, prier et jeûner, se marier et divorcer, faire le pèlerinage, etc. ».

 

Yahyâ Ibn Abî Kathîr dit : « La leçon de jurisprudence set une prière ».

 

Abû al-Sawwâr al-'Adawî était dans un groupe dans lequel on révisait la science lorsqu'un jeune homme qui était avec eux dit : « Dites : Gloire à Allah et louange à Allah! » Abû al-Suwwâr se mit en colère et s'écria : « Malheur à toi ! Que faisions-nous donc ? »

 

Le but est d'indiquer que les assemblées d'évocation ne se limitent pas spécifiqueemnt aux assemblées où l'on chante la gloire, la grandeur et la louange d'Allah, etc. Elles englobent également les lieux où l'on évoque l'ordre d'Allah et Son interdit, ce qu'Il a rendu licite et illicite, ce qu'Il aime et ce qu'Il agrée. Cette dernière évocation est d'ailleurs peut-être plus utile que la première, car la connaissance du licite et de l'illicte est une obligation générale pour tout musulman, dans la mesure où cela le concerne. L'évocation d'Allah par la langue, quant à elle, est majoritairement surérogatoire, bien qu'elle puisse être obligatoire comme l'évocation dans les prières prescrites.

 

Par contre, la connaissance de ce qu'Allah ordonne et interdit, de ce qu'Il aime et de ce qu'Il agrée, de ce qu'Il déteste et de ce qu'Il prohibe, doit être assimilée par tous ceux qui en ont besoin. C'est dans ce sens que l'on rapporte :

 

« La quête du savoir est une obligation pour tout musulman. » (2)

 

Tout musulman doit donc connaître ce dont il a besoin concernant sa religion, comme la purification, la prière et le jeûne.

 

Il faut également que toute personne qui possède des biens sache comment agir par rapport à ses biens : la zakât, l'entretien, le pèlerinage et le djihad.

 

Il est nécessaire enfin pour toute personne qui vend et achète d'apprendre les transactions commerciales licites et illicites, comme le dit 'Umar (radiy Allahu 'anhou) : « Que seul celui qui a une connaissance profonde de la religion vende dans notre marché ! » Rapporté par al-Tirmidhî. (3)

 

Il est rapporté, avec une chaîne de transmission contenant une certaine faiblesse, que 'Alî Ibn Abî Tâlib aurait dit : « La connaissance profonde vient avant le commerce. Celui qui commerce avant de s'instruire s'emprêtera dans l'usure encore et encore. »

 

On demanda à Ibn al-Mubârak : « Quel savoir les gens doivent-ils acquérir ? » Il répondit : « L'homme ne doit pas s'avanceer dans une chose sans savoir, il se doit d'interroger et d'apprendre. C'est le savoir que les gens doivent apprendre ». Il s'expliqua ensuite en disant : « Si un homme ne possède pas de biens, il ne lui ai pas obligatoire d'apprendre la zakât. S'il possède cent dirhams, il devra apprendre le combien il doit s'acquitter, quand et auprès de qui s'en acquitter, et ainsi de suite. »

 

On demanda à l'Imam Ahmad (rahimahoullah) quel est le savoir que l'homme doit acquérir. Il répondit : « Ce qui lui permettra de s'acquitter des prières et des affaires de sa religion comme le jeûne et la zakât » et il mentionna les prescriptions de l'Islam. Il conclut : « Il se doit d'apprendre cela ».

Il dit encore : « Le savoir qui incombe à l'homme est ce qui lui est indispensable dans sa prière et l'accomplissement de sa religion ».

 

 

Note

 

1) Rapporté par Ahmad, t.3 p.150 et al-Tirmidhî, n°3510. Jugé fiable par al-Albânî dans sa vérification de Sunan al-Tirmidhî.

2) Rapporté par Ibn Mâjah, n°224. Jugé authentique par al-Albânî dans sa vérification de Sunan Ibn Mâjah.

3) Al-Albânî a jugé sa chaîne de transmission fiable dans sa vérification de Sunan al-Tirmidhî, n°487.

 

 

Titre : Les héritiers des Prophètes

Auteur : Ibn Rajab al-Hanbalî

Pages : 30-32

Edition : Al-Hadîth éditions

Retranscription : oumomeya

Site : Rappel01.fr

Acheter le livre en ligne : www.daralmuslim.com

 

Repost 0
Published by la-ilaha-illallah - dans Science
commenter cet article
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 18:25
Accueille avec satisfaction tout ce qu'Allah te fait subir

Un érudit a dit:

« Accueille avec satisfaction tout ce qu'Allah te fait subir car... Il ne te prive que pour te faire une meilleure donation, ne t'éprouve que pour t'accorder le salut, ne te rend malade que pour te faire don d'une santé meilleure et ne t'ôte la vie que pour te la redonner. Tâche donc de ne point faire montrer d'insatisfaction, ne serait-ce le temps d'un clin d'oeil ! Car cela te ferait perdre Son estime. »

(Ibn Al-Qayyim dans « Madarij as-salikîn » 2/216)

Repost 0
Published by la-ilaha-illallah
commenter cet article

Présentation

  • : la-ilaha-illallah
  • la-ilaha-illallah
  • : Al-Awzâ’î a dit : « Patiente sur la Sunna, arrête-toi là où les gens se sont arrêtés, dis ce qu’ils ont dit, abstiens-toi de ce dont ils se sont abstenus, et suis la voie de tes pieux prédécesseurs, car ce qui leur a suffit te suffira. » [Al-Lâlakâ’î dans Sharh Usûl Al-Ictiqâd (315)] (( Si vous remarquez des erreurs, veuillez m'en avertir barakallahou fikom ))
  • Contact

Heure

Rechercher

Calendrier

Texte Libre