Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 avril 2016 4 07 /04 /avril /2016 20:40
Celui qui étudie la biographie du Prophète s'accordera un bien immense.

Celui qui étudie la biographie du Prophète s'accordera un bien immense.

Cheikh Abdar-Razzaq Al-Badr

 

Celui qui étude la biographie du Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam- (Sirah) et observe attentivement ses qualités, citées dans le Coran et la Sunna ainsi que dans les livres d'histoire, s'accordera un bien immense.

 

Son amour pour le Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam- en sera accru et ce sentiment l'amènera à suivre son exemple dans ses paroles, ses faits et ses gestes.

 

En effet, « la base des bases est le savoir, et le plus bénéfique des savoirs est l'observation de la vie du Messager -sal Allahou 'alayhi wa salam- (Sirah) et de ces Compagnons ».1

 

 

1: Ibn al-Jawzi, Sayd al-Khatir, p,66

 

Titre : Les causes de l'accroissement et de la diminution de la foi

Auteur : Cheikh 'AbdurRazzâq Ibn 'AbdulMuhsîn Al-Badr

Page : 57

Edition : Editions Anas

Retranscrition: Ibn_Djelaz

Site : rappel01.fr

Acheter le livre en ligne : www.daralmuslim.com

 

Repost 0
25 mai 2015 1 25 /05 /mai /2015 14:53

L'avènement de la prophétie

 

Cheikh Safi Ar-Rahman Al-Moubarakfawri

 

unnamed (1)-copie-1

 

Dans la grotte de Hirâ

 

Aux environs de la quarantaine, le prophète (ﷺ) constata que ses méditations antérieures avaient élargi le fossé entre lui et son peuple et préféra la solitude. Muni de vivres et d'eau, il se rendait à la grotte de Hirâ, dans la montagne de la lumière (Jabal An-Nour) située à peu près à 4 km de la Mecque.

 

Il s'agit d'une grotte agréable de 4 coudées de long et de 1,75 coudées de large. Il y passait le mois de Ramadan, nourrissait les pauvres qui l'y rejoignaient, passait son temps à l'adoration et à la réflexion sur les signes de l'univers qui l'entouraient ainsi que sur la puissance créatrice qu'ils cachaient.

 

L'associationnisme absurde et les représentations inconsistantes de son peuple ne le rassuraient pas.

 

Cependant, il ne disposait ni d'une voie claire, ni d'une méthode définie, ni d'une démarche orientée pouvant lui apporter dans ce sens quiétude et satisfaction. Son choix de la solitude était un aspect de la guidance d'Allah à son égard, guidance destinée à le détacher des préoccupations d'ordre terrestre, du tumulte de la vie, des petites considérations dont les gens meublaient leur vie, aux fins de le préparer à la grande affaire qui l'attendait. Ainsi, le prophète (ﷺ) s'apprêtait à endosser la lourde responsabilité, à changer la face du globe et à modifier le cours de l'histoire.

 

Pendant 3 ans, Allah le voua à cette solitude avant de lui faire porter Son message.

 

Le prophète (ﷺ) se lança donc dans cette solitude pendant un mois au cours duquel il communiait avec l'esprit de l'univers, méditait sur le mystère que cachait l'existence, jusqu'au moment où sonna l'heure de traiter avec ce mystère sous l'autorisation d'Allah.

 

Jibril (Gabriel) descendit avec la révélation

 

Lorsque le prophète (ﷺ) eut 40 ans révolus - ce qui est la pointe de la perfection à partir de laquelle, selon certains. Allah choisit Ses Prophètes- les indices de la prophétie commencèrent à se faire jour.

 

De ces indices, on note qu'une pierre de la Mecque saluait le prophète (ﷺ) et que celui-ci ne faisait aucun rêve qu'il ne vît se réaliser. Les indices apparurent pendant 6 mois. La durée de la prophétie fut de 23 ans. Quant aux rêves vrais, ils constituent un des 46 éléments de la prophétie.

 

Au mois de Ramadan de la troisième année de solitude dans la grotte Hirâ, il plut à Allah d'inonder l'humanité de Sa clémence en choisissant Mohammad écomme prophète et comme Messager. Il envoya Jibril (Gabriel) lui révéler des versets du Coran.

 

Après observation et méditation des recoupements et des indicateurs, on peut identifier ce jour-là comme étant le lundi 21 du mois de Ramadan, dans la nuit, ce qui correspond au dix Août 610G.

 

A l'époque, le prophète (ﷺ) avait exactement quarante années lunaires, 6 mois et 12 jours ou en d'autres termes 39 années solaires, 3 mois et 20 jours.

 

Écoutons Aicha l'intime رضي الله عنها nous raconter l'histoire de cet événement qui, point de départ de la prophétie, commençait à repousser les ténèbres de l'impiété et de l'égarement, au point de changer le cours de la vie et aussi de modifier la perspective de l'histoire.

 

Elle dit: «Les premières manifestations de la révélation chez Muhammad () furent des rêves profitables: il ne faisait aucun rêve sans en voir la réalisation. Ensuite, on lui fit aimée la solitude.

 

À cet égard, muni de provisions, il s'isolait dans la grotte de Hirâ, fuyant l'adoration des idôles et se consacrant à Allah avant de regagner les siens. Il revenait chez Khadija, s'approvisionnait et repartait, ainsi de suite jusqu'au moment où la vérité apparut dans la cave.

 

Alors, l'ange se présenta à lui et dit: «Récite!»

 

«Je ne sais pas réciter» dit le prophète (). L'ange le saisit et l'étrangla jusqu'au point de le mener à l'étouffement.

 

Ensuite, il le lâcha et reprit: "Récite!" Le prophète répéta: "Je ne sais pas réciter". L'ange l'étrangla une deuxième fois au point de le mener à l'étouffement, après quoi il le lâcha et dit: «Je ne sais pas réciter». L'ange, le saisit une troisième fois et l'étrangla, Ensuite il le lâcha et dit «récite». Le prophète insista. Alors, il dit:

 

﴿ اقْرَأْ بِاسْمِ رَبِّكَ الَّذِي خَلَقَ ❀ خَلَقَ الإِنْسَٰنَ مِنْ عَلَقٍ ❀ اقْرَأْ وَرَبُّكَ الأَكْرَمُ ﴾

 

«Récite au nom de ton Seigneur qui a créé, qui a créé l'homme d'une adhérence. Récite, ton Seigneur est le Très Noble» (96: 1-3).

 

Le Messager d'Allah () revint tout tremblant. Il se présenta chez Khadija, la fille de Khouwaylid disant: "Enveloppez-moi! Enveloppez-moi!" On l'enveloppa jusqu'au moment où se dissipa sa frayeur. Alors il dit à Khadija: «Qu'est-ce qui m'arrive?»

 

Celle-ci lui rettaça la scène. Mohammad () reprit: «j'avais pour pour moi-même» «Non!» dit Khadija, «Ma foi, Allah ne t'humiliera jamais. Tu cultives la parenté, composes avec tout le monde, assistes les nécessiteux , donnes l'hospitalité aux hôtes et aides à faire triompher la vérité». Elle l'emmena chez son cousin Waraka ibn Nawfal ibn Asad ibn Abdil-Ozza.

 

Celui-ci était chrétien depuis l'époque anté-islamique. Sachant écrite l'hébreu il écrivait aisément l'évangile dans cette langue. C'était aussi un grand sage qui avait perdu la vue. Khadija s'adressa à lui en ces termes: «Cousin, écoute ce que va te dire ton neveu!» Warakah dit à Mohammad (): «Neveu, que s'est-il passé?»

 

Celui-ci lui décrit ce qu'il vit. Warakah reprit: «Ça c'est la loi qu'Allah avait fait descendre sur Mousâ. Ah! si seulement j'étais jeune! si seulement j'étais en vie au moment où ton peuple te fera sortir!». Le Messager d'Allah () dit: vont-ils me faire sortir, eux?». «Oui» répondit Warakah ajoutant: «Aucun homme n'a jamais apporté quelque chose de semblable à ce que tu apportes sans s'exposer à l'inimitié et à l'adversité; mais, si ce jour me trouve en vie je t'aiderai énergiquement".

 

Ensuite, Warakah ne tarda pas à mourir. La révélation fut interrompue.

 

 

Titre: Ar-Raheeq Al-Makhtoum - Le Nectar Cacheté - la biographie du Prophète

Auteur: Cheikh Safi Ar-Rahman Al-Moubarakfawri

Pages: p96-99

Edition: DAROUSSALAM

Retranscription: Oum Abdilaah

Site : www.rappel01.fr

Acheter le livre en ligne : www.daralmuslim.com

 

Repost 0
21 décembre 2013 6 21 /12 /décembre /2013 15:19

Al Hassan Al Basri

 
Il disait: "On rapporte que 'Umar ibnu al-Khattâb, qu'Allah l'agrée, entra chez le Prophète, qu'Allah prie sur lui et le salue alors qu'il dormait sur un lit fait de cordes en fibres de palmiers. Les cordes avaient laissé des marques sur le côté (du Prophète), qu'Allah prie sur lui et le salue), 'Umar se mit alors à pleurer puis le Prophète, sur lui la paix, dit: 
 

"Qu'as-tu, ô ibnu al-Khattâb?" Il répondit: "Je me suis rappelé de César et de Chosroès et du pouvoir et des délices dans lesquels ils vivent, alors que je te vois, toi qui est le Prophète d'Allah, Son ami sincère, Son élu et Son bien-aimé, en train de dormir sur un lit fait de cordes en fibres de palmiers."
 

Le Prophète, sur lui la paix, dit alors:
 

"N'acceptes-tu pas, ô 'Umar, que la vie terrestre soit pour eux et que l'au-delà soit pour nous?" Il répondit: "Oui, j'accepte, ô Prophète d'Allah!" Il dit, sur lui la paix: 
 

"Sache, ô 'Umar! Que la chose est ainsi." Puis il dit, sur lui la paix: 
 

"Moi et la vie terrestre sommes semblables à un cavalier qui voyage lors d'une journée chaude et auquel un arbre à l'ombre fraîche apparut; il fit alors la sieste sous ce dernier, puis il partit et le laissa." 1
 

note:

1. Rapporté par Al-Bûkhârî et Muslim dans un hadith aussi long que celui-ci, Al-Bûkhârî dans Al-Mazâlîm, 





Titre: Al-Hassan Al-Basri, sa piété, sa sagesse, sa dévotion son ascétisme et ses sermons
Auteur: Ibn Al-Jawzi
Page: 86-87
Edition: SABIL
Retranscription: oumomeya
Site: www.rappel01.fr
Acheter le livre en ligne: www.daralmuslim.com
Repost 0
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 20:13

Comment fêter Al-Mawlid du Prophète

-sal Allahou 'alayhi wa salam-


Cheikh Raslan


 
Repost 0
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 10:30
Repost 0
24 décembre 2011 6 24 /12 /décembre /2011 11:59

26ab0baf7d4615c3685ae9a251f5d8e9.jpg

 

Faites partie de ceux qui aiment vraiment leur Prophète (sur lui la paix) 1

 

Recevez la bonne nouvelle ! [2]

 

e46f1a7f

 

         Nous annonçons l’heureuse nouvelle à ceux qui aiment le Prophète (sur lui la paix). En effet, votre Prophète (صلى الله عليه و سلم) souhaita vivement vous rencontrer. D’après Anas Ibn Mâlik (qu'Allah l'agrée) qui rapporte que le Prophète (sur lui la paix) a dit : « J’aurais aimé rencontrer mes frères.  » Les compagnons lui dirent : « Ne sommes-nous pas tes frères ? » Il répondit : « Vous, vous êtes mes compagnons. Par contre, mes frères sont ceux qui ont cru en moi sans pour autant m’avoir vu.  » Hadith authentique rapporté par Ahmad et authentifié par Albâny.

 

         Nous vous annonçons encore une bonne nouvelle, ô vous qui aimez votre Prophète (صلى الله عليه و سلم)  ! D’après Anas Ibn Mâlik qui raconte : « Alors que j’étais en compagnie du Prophète, en sortant de la mosquée, nous rencontrâmes un homme à sa porte. Soudain, l’homme interrogea le Prophète (sur lui la paix) : « Quand l’Heure se manifestera-t-elle (le jour dernier) ? Le Prophète (sur lui la paix)(sur lui la paix) lui rétorqua : « Qu’as-tu préparé pour son arrivée ?  » L’homme, comme s’il avait honte, répondit : « Je ne lui ai pas préparé d’abondantes prières, ni beaucoup de jeûnes, ni d’importantes aumônes, mais j’aime Dieu et son Envoyé. » Le Prophète lui dit : « Tu seras avec ceux que tu as aimés.  » Anas dit : nous n’avions pas été autant heureux, si ce n’est le jour de notre conversion à l’Islam, comme ce jour où le Prophète a dit : « tu seras avec ceux que tu as aimés .» Moi j’aime Dieu, son Envoyé, Abou Bakr et Omar ; et j’espère être parmi eux, même si je n’ai pas accompli ce qu’ils ont fait. » Rapporté par Boukhâry et Mouslim. 

 

         D’après Aicha (que Dieu l’agrée) qui raconte : « Un homme vint voir le Prophète (sur lui la paix) et lui dit : « Ô Messager de Dieu ! Je t’aime plus que ma propre personne et plus que mon enfant ; lorsque je suis chez moi et je me rappelle de toi, je ne peux résister à l’envie de te voir, et celle-ci s’estompe que lorsque je me présente à toi pour te contempler. Néanmoins, lorsque je me représente ma mort et la tienne, je sais pertinemment qu’en rentrant aux paradis, tu seras élevé avec les Prophètes, alors que moi, si je rentre au paradis, je crains de ne plus pouvoir te voir. » Le Prophète (sur lui la paix) ne lui répondit pas jusqu’à ce que l’ange Gabriel descendit avec ce verset « Quiconque obéit à Dieu et au Messager, ceux-là seront avec ceux que Dieu a comblés de ses bienfaits : les prophètes, les véridiques, les martyrs et les vertueux…  » Rapporté par At-Tabarâny et authentifié par Albâny dans « fiqh As-sîra  ».


e46f1a7f

 

Quelques exemples de l’amour qu’éprouvaient les compagnons pour le Prophète (sur lui la paix)

 

        On demanda à Ali (qu'Allah l'agrée) comment se caractérisait votre amour pour le Prophète (sur lui la paix). Il répondit : « Je jure par Dieu, il était plus aimé que nos biens, nos enfants, nos pères et mères, et plus aimé encore que l’eau fraîche en temps de soif. » (Charh Ac-Chifâ , 2/40).

 

         D’après Ibn Ishâq qui raconte : « une femme médinoise avait subi l’épreuve de perdre son père, son frère et son mari le jour de la bataille d’Ouhoud en compagnie du Messager de Dieu (sur lui la paix). Elle demanda : « Qu’en est-il du Messager de Dieu ? » On lui répondit : « Il va bien grâce à Dieu, il est (en vie) comme tu le souhaites. » Elle leur informa : « Montrez-le-moi, j’aimerais le voir. » Lorsqu’elle le vit, elle s’exclama : « Je te vois et tout malheur est dès lors insignifiant à mes yeux ! » (As-Sirâ d’Ibn Hichâm, 3/43, repris par Ibn Kathir dans Al-bidhâya wa An-Nihâhya, 4/280).

 

         Lorsque Zayd Ibn Ad-Dathinah (qu'Allah l'agrée) fut emprisonné à la Mecque, Aboû Soufyân (qu'Allah l'agrée) , qui n’avait pas encore embrassé l’islam à cette époque, lui proposa avant de l’exécuter : « Zayd ! Dis-moi sincèrement : Aimerais-tu rejoindre ta famille et mettre à ta place Muhammad pour qu’on lui tranche la tête. » Il répondit : « Je jure par Dieu, je n’aimerai pas qu’à cet instant précis, une épine pique Muhammad à l’endroit où il se trouve alors que je suis parmi ma famille ! » Aboû Soufyân dit : « je n’ai point vu de personne autant glorifiée par des gens que la glorification faite à Muhammad par ses compagnons. » (Al-bidhâya wa An-Nihâhya d’Ibn Kathir, 4/65)

 

         Juste avant sa mort, la femme de Bilâl disait : « Quel malheur ! », mais Bilâl (qu'Allah l'agrée) rétorqua : « Plutôt, quel bonheur ! Demain je retrouverai ceux que j’aime, Muhammad et ses alliés. » Ce fut aussi, la parole d’Aboû Moussâ Al-Ach’ary, lorsqu’il se dirigea vers Médine. (Authentifié par Albâny dans As-Sahîha )

 

         Âssim Ibn Muhammad Al-‘Amry rapporte d’après son père, qui raconte : « Je n’ai point entendu Omar mentionner Muhammad sans qu’il pleurât. » Ceci, s’explique par le grand amour qu’il éprouvait pour le Prophète (صلى الله عليه و سلم). Chers frères et sœurs, méditez sur cet amour et si on ne peut atteindre leur degré de foi, essayons tout de même de leur ressembler…

 

e46f1a7f

 

Les signes révélateurs de l’amour éprouvé pour le Prophète (sur lui la paix)    

  1. Lui obéir, croire en ce qu’il a dit et suivre son exemple. Le Prophète (sur lui la paix) a dit : « Toute ma communauté rentrera au paradis sauf celui qui ne veut pas.  » On lui dit alors : « Ô Messager de Dieu, qui donc ne voudrait-il pas rentrer au Paradis ! » Il répondit : « Celui qui m’obéit rentrera au paradis et celui qui me désobéit ne veut donc pas y rentrer.  » Rapporté par Boukhâry. Il est mentionné dans le poème :

Désobéissant envers Dieu, tu fais avidement mine de l’aimer,

Ce comportement, je le jure, est un raisonnement bien mauvais !

Si ton amour était sincère, tu lui aurais certainement obéi,

La personne aimante, assurément, obéit à l’être qu’elle chérit.

  1. Ne rien rajouter dans ce qu’il a transmis, car toutes nouveautés dans la religion est une innovation. L’imâm Mâlik disait (que Dieu lui accorde sa miséricorde) : « Le succès des dernières générations ne s’obtiendra qu’avec ce qui a fait le succès de la première génération de cette communauté » et il disait : « celui qui innove dans l’Islam en considérant son innovation comme bonne, aura prétendu que Muhammad a trahi le message, car Dieu dit : ( Aujourd'hui, J'ai parachevé pour vous votre religion ﴿ Ce qui ne faisait pas partie de la religion à cette époque-là, n’en fait pas non plus partie aujourd’hui.  » Citation tirée du livre Al-I’tissam de Al-Châttiby (t1/p28). 

3.       Ne pas outrepasser les limites dans son éloge. Comme l’élever au même rang que Dieu, croire qu’il connaît l’inconnaissable, l’invoquer en dehors de Dieu, jurer par lui en croyant qu'il nuit ou procure du bien, etc. Sachez que tout cela est faux et celui qui le fait n’est point musulman. Le Prophète (sur lui la paix) mit en garde à ce sujet, en ordonnant : « N’exagérez pas en me couvrant d’éloges, comme l’ont fait les chrétiens avec Jésus, je suis seulement son serviteur, donc dites plutôt : le serviteur de Dieu et son Messager. » Rapporté par Boukhâry d’après Omar Ibnou Al-Khattâb (qu'Alla l'agrée) .

  1. Le désir ardent de le voir : le Prophète (sur lui la paix) a dit : « Parmi les personnes de ma communauté qui m’aiment le plus, des gens qui viendront après moi et qui désireront me voir qu’en bien même ils sacrifieraient pour cela, leur famille et leurs biens.  » Rapporté par Mouslim.
  1. Se rappeler de lui énormément, en lisant sa biographie et en l’enseignant à ses enfants. Prendre le temps de méditer sur son histoire en tirant des leçons et des enseignements bénéfiques dans votre vie. Prier beaucoup pour lui en prononçant la formule suivante, « Que Dieu lui accorde la bénédiction et la paix » ou « sur lui la paix et la bénédiction » ou encore « que Dieu lui accorde la bénédiction et la paix ainsi que pour sa famille », mais la meilleure formule est celle dite pendant le Tachahhoud de la prière. Ainsi, vous aurez obéi à l’injonction de Dieu, Dieu priera dix fois pour vous et vous ferez partie de ceux qui mériteront l’intercession du Prophète (sur lui la paix), le jour où tant de personnes en auront besoin. Il est bon et parfois obligatoire de prier pour lui dans les situations suivantes : dans la prière (tachahhoud ), la prière mortuaire, après l’appel à la prière, pendant toute invocation, en entrant et en sortant de la mosquée, lorsque se termine une assemblée, lorsque son nom est cité, etc. 
  1. Ne pas accepter qu’on se moque de lui ou qu’on se moque de sa tradition (sunna).
  1. L’aimer et aimer ce qu’il aime et détester ce qu’il déteste, comme il faut aimer ceux qui l’aiment et parmi eux on citera principalement les compagnons, les savants et les gens pieux.

Ô toi qui aimes l’homme élu ! Manifeste donc plus de ferveur !

Oins les paroles qui s’exhalent de toi de son agréable senteur.

Ne te soucie guère de ceux qui nient la vérité, car sache en effet,

La preuve de ton amour pour Dieu est d’aimer son bien-aimé.

  1. Lui accorder la victoire en toute circonstance, comme on a pu le voir. Dieu dit :

( وَيَنْصُرُونَ اللَّهَ وَرَسُولَهُ أُولَئِكَ هُمُ الصَّادِقُونَ )

( Ils secourent la religion de Dieu et son Messager. Ceux sont ceux-là les véridiques. ) (Al-Hachr, v.8)  

  1. Sa parole doit l’emporter sur toute autre. L’imam Châfi’y (que Dieu lui fasse miséricorde) disait : « les musulmans sont unanimes de croire que si une tradition du Prophète (صلى الله عليه و سلم) a été clarifié à quelqu’un, il ne lui est plus possible de la délaisser pour la parole de quiconque :

Délaissez toute parole quand celle de Muhammad est présente, En religion, la personne prévoyante n’est pas comme celle imprudente.

  1. Transmettre et propager sa sunna. Le Prophète (sur lui la paix) a dit : « Que celui qui a témoigné d’une science,  la transmette à celui qui est absent.  » Rapporté par Boukhâry . Et il a dit également : « Transmettez de ma part ne serait-ce qu’un verset.  » Rapporté par Boukhâry.

Le respecter profondément. ‘Orwa Ibn Massoud Ath-Thaqafy (qu'Allah l'agrée) , encore polythéiste, dit à Kouraïch (peuple polythéiste de la Mecque) après avoir été envoyé en ambassade pour négocier avec le Prophète (sur lui la paix) les accords de paix, appelés les accords de Houdaybiya : « Malgré avoir rencontré d’innombrables rois, parmi eux Chosroês (empereur persan), César et Négus (empereur de l’Abyssinie), je n’ai point vu de personne autant révérée par ses disciples que la révérence faite à Muhammad par ses compagnons… » Rapporté par Boukhâry. De même, Amr Ibn Al-‘Âss (qu'Allah l'agrée) raconte : « Je n’aimais point une personne autant que le Messager de Dieu et je ne respectais aucune personne autant que le Messager de Dieu. Malgré cela, je ne pouvais lever mes yeux vers lui par grande révérence, si bien que si on me demandait de le décrire, j’aurais été incapable de le faire n’ayant pu le contempler avec précision. »


[1] Les points de ce chapitre furent en grande partie tirés du livre « Houkoûk An-Naby  » de plusieurs auteurs et préfacé par Cheikh salih Al-Fawzan.

[2] Tiré du livre « Kayfa nansourou nabiyana  » de Abdallah al-Houweil.

 

Source : http://www.islamhouse.com/p/1576

Repost 0
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 07:11

 

 

Son amour du bien à tous les hommes y compris ses ennemis :


780.jpg


Aïcha-qu‘Allah soit satisfait d’elle-, épouse du Prophète (salallah’alayhi wa salam) a raconté qu’elle lui dit : « Y eut-il jamais pour toi journée plus pénible que celle de la bataille d’Ohod.- Certes, répondit-il, j’ai eu bien à souffrir de tes compatriotes, mais ce qui fut plus pénible de leur part, ce fut l’affaire d’al-Aqaba, lorsque, à l’exposé de mes demandes, Ibn Abdil Yalil ibn Abdul Kolal répondit par un refus catégorique. Je m’en retournai ne sachant trop où diriger mes pas, et ne recouvrai mes esprits qu’arrivé à Qarn-et-Tsa’âlib ; et alors, levant la tête, voilà que je vis un nuage qui me couvrait de son ombre, et, l’ayant considéré, voila que dedans j’aperçus Gabriel. Il m’appela et me dit : « Allah a bien entendu les propos de tes compatriotes, et les réponses qu’ils t’ont faites. Il a envoyé vers toi l’ange des montagnes pour que tu lui donnes au sujet de ces infidèles, quelque ordre qu’il te plaira ». Et l’ange des montagnes, m’ayant appelé, me salua, me répéta ce qu’avait dit Gabriel et ajouta : « Que veux-tu ? Désires-tu que je fasse se replier sur eux les deux rocailleuses (1)? Non, répondis-je, car de leurs flancs, j’espère qu’Allah fera sortir des fidèles qui L’adorent seul, sans lui donner d’associés ». (Al Bukhari)

 

1) الأخشبان , nom sous lequel on désigne à la fois les deux montagnes qui dominent la Mecque, à savoir les monts Abou-Qobaïs et El-Ahmar.

 

Titre : Muhammad le Messager d’Allah

Auteur : Abdou-Rahman Ach-Cheiha

Page : 46-47

Edition : Assia

Retranscrit par : oumomeya

Repost 0
22 avril 2010 4 22 /04 /avril /2010 08:30

médine

Dernier jour et agonie du meilleur des hommes

-sal Allahou ‘alayhi wa salam-

 

Cheikh Al-Mubarakfawri

Le dernier jour

Selon Anas Ibn Malik, les musulmans, alors qu'ils accomplissaient la prière du Fajr   du lundi, prière dirigée par Abu Bakr, furent surpris de voir le Messager d'Allah -sal Allahou 'alayhi wa salam- lever le voile séparant la mosquée de la chambre d’Aisha pour leur jeter un regard, à un moment où ils étaient en rangs. Ce faisant, il sourit et rit. Alors, Abou Bakr se ravisa et voulut regagner les rangs pensant que le  Messager d'Allah -sal Allahou 'alayhi wa salam- allait prendre part à la prière. Les Musulmans, à en croire Anas, furent remplis de joie. Toutefois, par un signe de main, le Messager d'Allah -sal Allahou 'alayhi wa salam- leur donna l'ordre de terminer leu prière et ensuite, restant dans la chambre, lâcha le voile de  séparation.

Après cette prière, le Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam- ne vécut pas jusqu'à une autre. Peu après le milieu de la matinée il appela sa fille Fatima et lui souffla quelque chose à l'oreille. Alors, en pleurant, celle-ci s'en alla. Il l'appela une deuxième fois et lui souffla autre chose. Cette fois, celle-ci éclata de rire. A ce sujet Aicha dit : « Après cela nous avons interrogé Fatima, cherchant à être informés et celle-ci dit : « Le prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam- m'a dit qu'il allait mourir et j'ai pleuré. Ensuite il m'a informée que de toute sa famille, je serai la première à le rejoindre et j'ai éclaté de rire » ». Le prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam- annonça à Fatima qu'elle était la maîtresse des femmes des mondes.

Constatant le chagrin intense qui envahissait le Messager d'Allah -sal Allahou 'alayhi wa salam- celle-ci dit : « Je plains mon père ». Toutefois le Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam- dit : « Ton père n'aura plus de chagrin à partir de ce jour ». Il appela Al-Husayn et Al-Housayn leur donna un baiser et recommanda le bien à leur égard, puis fit venir ses épouses auxquelles il consacra des exhortations et des rappels. Sa douleur s'intensifiait mêlée de l'effet du poisson qu'il avait consommé à Khaybar. A cet égard il disait : « Aisha, je ne cesse de sentir l'effet du mets que j'avais consommé à Khaybar. Je sens à présent mon artère aorte se rompre à cause de ce poison ».

Il s'était couvert le visage à l'aide d'un morceau à lui qu'il enlevait toutes les fois qu'il s'en était gêné, disant : « Il en est ainsi ». Ses dernières paroles et ses dernières recommandations aux gens furent : « Qu'Allah maudisse les juifs et les chrétiens qui ont adopté comme mosquées les tombes de leurs prophètes - (avertissant contre les pratiques ce ceux-ci) Ne confinez pas ma religion : " La prière, la prière et la bienfaisance ». Cela, il le répéta plusieurs fois.

 

L'Agonie

L'Agonie commença. Aisha l'appuya sur elle tout en disant : « Il est des faveurs qu'Allah m'a accordée le fait que le Messager -sal Allahou 'alayhi wa salam- meure chez moi appuyé contre ma poitrine et qu'au moment de sa mort s'unissent ma salive et la sienne "

A ce moment précis, entra Abdour-Rahman ibn Abi Bakr tenant dans sa main un siwak, alors qu'Aisha tenait le Prophète appuyé contre elle. A cet égard elle dit : " Je vis le Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam- regarder Abdour-Rahman et sus qu'il voulait le siwak. Alors je lui dis : " Je te donne " ? Il opina de la tête. Ensuite je le lui donnai et il le tint fortement; après, je lui dis : "Veux-tu que je te le ramollisse"? Il opina de la tête. Alors je ramollis le siwak, après quoi, il le réclama. Un certain rapport précise que le Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam- s'est bel et bien curé les dents. Alors que devant lui se trouvait une cafetière contenant de l’eau, il se mit à y introduire ses mains pour ensuite les passer sur son visage en disant : « Il n'a de divinité qu’Allah. Certes la mort comporte un état comateux ».

Dès qu'il eut fini de se curer des dents, il leva sa main ou son doigt et du même coup son regard était tourné vers le plafond. Ses lèvres bougèrent ; Alors Aicha lui prêta l'oreille et l'entendit dire : « Avec ceux à qui Tu as accordé Tes faveurs parmi les Prophètes, les véridiques, les martyrs et les vertueux. Seigneur ! Pardonne-moi ! Sois Clément avec moi! Fais-moi rejoindre l'éternel! Seigneur l'éternel ». Il répéta trois fois les dernières paroles puis sa main s'inclina et il rejoignit l'éternel. Certes nous appartenons à Allah et c'est à lui que nous retournerons.

Cet événement eut lieu un peu après le milieu de la matinée du lundi 12 du mois de Rajab Al-Awwal de l'an 11 de l'Hégire, alors que le Messager d'Allah -sal Allahou 'alayhi wa salam- avait 63 ans et 4 mois.

 

Titre :                          Le Nectar Cacheté

Auteur :                       Cheikh Al-Moubarakfawri

Editions :                     Daroussalam

Retranscription :         Oum Yassine

http://www.rappel01.fr/article-dernier-jour-et-agonie-du-meilleur-des-hommes-70461117.html

Repost 0
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 11:06

snbmoh10
Extrait du livre intitulé : Jalâ el Afhâm fî Fadhl e-Salât wa e-Salâm ‘ala Mohammed khaïr el Anâm d’ibn el Qayyim el Jawziya (p. 612-626).



1- Lorsque l’individu prie sur le Prophète sas il se soumet avant tout au commandement du Seigneur aza

2- Il s’inspire de son Seigneur bien que Sa Prière sur le Prophète sas soit différente de la nôtre ; la Sienne consiste à lui faire les honneurs et les éloges et la nôtre consiste à prier et à invoquer en sa faveur.

3- Il suit les traces des anges.

4- Il obtient dix prières de la part d’Allah pour chaque prière qu’il prononce.

5- Allah l’élève de dix degrés à chaque fois.

6- Il lui sera inscrit dix récompenses.

7- Il lui sera effacé dix péchés.

8- S’il accompagne sa Prière à ses invocations, elles seront plus favorablement reçues par le Seigneur étant donné que cette fameuse Prière permet de les faire monter au ciel. Sans cela, ses invocations risquent de rester suspendues entre le ciel et la terre.

9- C’est aussi un moyen d’obtenir l’intercession du Prophète sas

10- C’est un moyen de se faire pardonner les péchés.

11- C’est un moyen par lequel Allah soulage la détresse de Son serviteur.

12- C’est un moyen de se rapprocher de Son Seigneur aza le Jour de la Résurrection.

13- La Prière sur le Prophète sas se substitue à l’aumône envers les personnes en difficulté.

14- Elle lui permet de mener ses affaires à bien.

15- Elle lui permet de recevoir les Prières d’Allah et celles des anges.[1]

16- Elle lui permet de se purifier et de se mettre en valeur.

17- Elle lui permet de se voir annoncer le Paradis avant sa mort.

18- Elle lui permet de s’épargner les douloureux événements de la Résurrection.

19- Elle lui permet de recevoir en réponse les Prières et les Salutations du Prophète sas .

20- Elle lui permet de se rappeler les choses qu’il a oubliées.

21- Elle lui permet d’embellir ou de purifier ses assemblées et de faire que celles-ci ne soient pas un sujet de regret le Jour de la Résurrection.

22- Elle permet de repousser la pauvreté.

23- Il s’épargne ainsi de prendre le nom d’avare que mérite toute personne se privant de prier sur le Prophète sas au moment où ce dernier est évoqué.

24
- Il ne sera pas concerné ainsi par l’invocation destinée contre tous ceux qui s’abstiennent de prier sur lui sas à l’écoute de son nom.



25-
Elle lui permet de se maintenir sur le chemin du Paradis contrairement à celui qui ne prie pas sur lui sas


26- Il s’épargne ainsi des assemblées impures dans lesquelles il n’est consacré aucun éloge ni aucune attention à Allah et à Son Messager.

27- Elle permet de rendre parfait un discours au début duquel les louanges sont consacrées au Seigneur et les Prières consacrées au Prophète sas

28- Elle lui permet d’acquérir une lumière durant la traversée du Pont jeté au-dessus de la Géhenne (le Sirât).

29- Elle le préserve de la dureté du cœur (ou de l’abandon du Seigneur).

30- Elle lui permet d’entretenir les éloges qu’Allah réserve à l’auteur d’une telle prière et qu’Il communique aux occupants de la terre et des cieux. En priant sur le Prophète sas en effet, le serviteur réclame au Très-Haut de lui réserver les éloges et les honneurs. Il méritait par conséquent de jouir relativement en retour de ces éloges en sachant que la récompense est de même nature que les actes.

31- Elle lui rapporte la bénédiction dans ses œuvres, sa durée de vie, et ses différentes affaires. Comme il implore en effet la bénédiction en faveur du Prophète sas et de sa famille, il méritait en retour d’être comblé de la même faveur en sachant que ses propres invocations en faveur du Prophète sas sont automatiquement exaucées et que la récompense est de même nature que les actes.

32- Elle permet d’obtenir la Miséricorde divine qui peut prendre le sens de prière –selon une certaine tendance – bien que selon la meilleure tendance, la prière est un effet de la Miséricorde divine. Quoi qu’il en soit, dans les deux cas, il reçoit la cette Miséricorde.

33- Elle lui permet d’entretenir et d’augmenter les sentiments qu’il éprouve vis-à-vis du Prophète sas en sachant que l’amour du Prophète sas est un acte de foi incontournable. Plus l’ « être » est bien-aimé, plus ses qualités et ses caractéristiques attirantes sont évoquées et présentes à l’esprit et plus les sentiments à son égard augmentent. Son souvenir à l’ardeur grandissante anime et envahit tout le cœur. Lorsque ce sentiment n’est pas entretenu, il perd de son intensité. La chose la plus attirante à la vue, c’est de contempler son bien-aimé et la chose la plus attirante au cœur, c’est de se remémorer ses qualités. ce sentiment intense se manifeste à travers les paroles en faisant incessamment ses éloges.

34- Elle lui permet d’obtenir en retour l’amour du Prophète sas de la même manière qu’elle permet d’entretenir l’amour du Prophète sas

35- Elle est un moyen de le guider sur le bon chemin et de vivifier son cœur. Plus il prie sur lui sas en effet, plus son cœur se remplit d’amour de sorte qu’il n’éprouve plus aucune réticence vis-à-vis de ses commandements et de ses enseignements qui vont s’imprégner en lui comme l’encre s’imprègne sur une feuille. Ils sont toujours présents avec lui et l’orientent constamment sur le chemin du savoir et du bonheur. Sa clairvoyance et son savoir ainsi accrus le pousseront à prier sur lui sas davantage.

36- Toutes les fois qu’il prie sur le Prophète sas son nom lui est transmis par les anges ; cet honneur suffit à lui-même !

37- Elle permet de lui raffermir le pas au moment de traverser le Sirât.

38- Prier sur le Prophète sas est le moindre des droits que nous lui devons. C’est une façon de lui exprimer notre reconnaissance pour tous les bienfaits qu’Allah nous a procurés par son intermédiaire. Bien qu’il soit impossible de lui être pleinement reconnaissant, dans Son infinie Générosité, Allah se contente de peu de la part de Ses serviteurs.

39- Cela implique d’évoquer le Seigneur et de Le remercier pour avoir envoyé un tel Prophète aux hommes. Cette prière implique notamment d’invoquer le Seigneur de récompenser Son Messager à sa juste valeur. Allah nous fait connaître à travers la Révélation Ses Noms et Attributs et Il nous guide sur le chemin qui mène à Son Agrément. Il nous fait connaître également quels agréments nous attendent une fois arrivés au bout de ce chemin et une fois parvenus à Sa rencontre. Ainsi, nous croyons à l’Existence de notre Seigneur, à Son Savoir, à son écoute, à Sa Puissance, à Sa Volonté, à Ses Attributs et à Sa Parole. Nous avons foi également aux enseignements du Prophète sas qu’Il a envoyé et à qui nous vouons un amour parfait. Ce Prophète que nous aimons et à qui nous croyons nous a fait découvrir ces différents fondements de la foi. Prier sur lui constitue donc l’une des œuvres les plus méritoires.

40- La prière sur le Prophète sas est une forme d’invocation en sachant qu’il existe deux sortes d’invocations ; premièrement : le serviteur invoque en sa propre faveur et deuxièmement : il fait les éloges de l’Ami proche et du Bien-Aimé d’Allah. Ainsi, pour plaire à Dieu, il privilégie de prier sur Son Messager sas au dépend de prier pour lui-même. Il préfère plaire à Allah et à Son Messager et se sacrifier que de chercher à résoudre ses propres affaires. En récompense à celui qui Le privilégie à Ses créatures et à ses propres besoins, Allah le privilégie à Ses autres créatures étant donné que la récompense est de même nature que les actes…



Que les Prières et les Salutations d’Allah soient sur notre Maître Mohammed ainsi que sur sa famille ses compagnons !





Traduit par :
Karim ZENTICI
Revu par :
Abu Hamza Al-Germâny

www.islamhouse.com



[1] L’auteur de la recension de Jalâ el Afhâm, Sheïkh Mashhûr Hassan Salmân souligne ici qu’ibn el Qaïyam mentionne dans un autre ouvrage (el Wâbil e-Saïb), une raison supplémentaire de prier en l’honneur du Prophète (sur lui la paix). Cela permet en effet de sortir des ténèbres pour se rendre à la lumière (voir : Coran : Les coalisés ; 43).

Repost 0
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 18:15

salawat

 

Le Messager dans sa demeure

-sal Allahou 'alayhi wa salam-

 

Cheikh Abdul Malik Al Qassim

 

 

La demeure d'une personne est la véritable expression de sa moralité, de sa conduite, sa bienveillance, de la pureté de son origine, etc. En effet, à l'intérieur des chambres et derrière les murs, personne ne peut apercevoir le Prophète. En compagnie de son serviteur, son domestique ou son épouse, il se comporte d'une façon naturelle, avec beaucoup de simplicité, sans simulation ni ménagement. Il est le chef qui donne les ordres dans cette maison ... tandis que tous ceux qui sont à sa charge ne peuvent rien contre sa volonté.

 

Venons-en au Messager -sal Allahou 'alayhi wa salam-, au guide et à l'enseignant de cette communauté. Avec ce rang éminent et ce degré élevé, comment se comportait-il à la maison? "On demanda à Aïcha: « Que faisait le Messager d'Allah (Sallalahou alayhi wa salam) dans sa maison? » Elle répondit: "Il était un être humain comme les autres: il raccommodait ses habits, trayait sa brebis et était au service de sa propre personne"" [1]

 

En vérité, il est un modèle de modestie et d'humilité. Il n'impose rien à autrui. Il est noble dans sa participation et magnanime dans son aide. Fait-il cela parce qu'il est le meilleur d'entre les fils d'Adam?

 

Dans cette maison bénie d'où a resplendi la lumière de cette religion, il lui arrive de ne pas trouver de quoi remplir son ventre.

 

An-Nu'man ibn Bachir -radiAllahou 'anhou- a dit par rapport à la situation du Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam- : « En vérité, j'ai vu votre Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam- alors qu'il n'arrivait pas à trouver suffisamment de daql[2] pour remplir son ventre »[3]

Aïcha- Qu'Allah soit satisfait d'elle- a dit: « Nous, famille de Muhammad, passions un mois sans allumer de feu, nous contentant uniquement de dattes et d'eau » [4]

 

Et rien ne distrayait le Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam- de l'adoration et de l'obéissance .... Aussi lorsqu'il entendait « venez à la prière, venez au succès », il répondait rapidement à l'appel et laissait ce bas monde derrière lui!

 

Al Aswad ibn Yazid -sal Allahou 'alayhi wa salam- a dit: « J'ai demandé à Aïcha- Qu'Allah soit satisfait d'elle-: « que faisait le Prophète (sallalahou alayhi wa salam) à la maison? ». Elle a répondu: « Il était au service de sa famille, et lorsqu'il entendait l'appel à la prière, il sortait » ». [5]

 

Il n'est rapporté nulle part que le Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam- a accompli une seule prière obligatoire dans sa maison; il ne le fit que lorsqu'il a eut la forte fièvre, cette maladie qui l'emporta.

 

Malgré sa miséricorde envers sa communauté, malgré sa compassion pour elle, il a été rude envers celui qui négligeait la prière en groupe, comme en témoignent ces propos: « En vérité, j'avais songé à donner l'ordre pour qu'on engage la prière, de désigner quelqu'un pour la diriger, puis aller avec des hommes portant du bois pour mettre le feu aux demeures de ceux qui n'assistaient point à la prière ». [6]

 

Et cela n'est dû qu'à l'importance de la prière en commun. Le Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam- a dit: « Celui qui entend l'appel à la prière en n'y répondant pas (ne se rend pas à la mosquée) n'a pas de prière (valable) sauf s'il a une excuse" [7] L'excuse c'est la peur ou la maladie.

 

Où trouve-t-on les fidèles aujourd'hui? A côté de leurs épouses après avoir abandonné les mosquées! Où est l'excuse de la maladie ou de la peur!

 

 

[1] Rapporté par Ahmad et At-Tirmidzi dans Ach-Chamâil.

[2] Daql: ce sont des dattes de mauvaise qualité.

[3] Rapporté par Mouslim.

[4] Rapporté par Mouslim.

[5] Rapporté par Mouslim.

[6] Rapporté par Al Boukhari et Mouslim.

[7] Rapporté par Ibn Mâjah et Ibn Hibbâne.

 

[Source : « Une journée dans la Demeure du Messager (sallalahou alayhi wa salam) », Cheikh Abdul Malik Al Qassim, Edition Dar Al-Qassem, pages34 à 37]

Retranscrit par : Oum_Chaïma

 

http://www.rappel01.fr/article-le-messager-dans-sa-demeure-67086054.html

Repost 0

Présentation

  • : la-ilaha-illallah
  • la-ilaha-illallah
  • : Al-Awzâ’î a dit : « Patiente sur la Sunna, arrête-toi là où les gens se sont arrêtés, dis ce qu’ils ont dit, abstiens-toi de ce dont ils se sont abstenus, et suis la voie de tes pieux prédécesseurs, car ce qui leur a suffit te suffira. » [Al-Lâlakâ’î dans Sharh Usûl Al-Ictiqâd (315)] (( Si vous remarquez des erreurs, veuillez m'en avertir barakallahou fikom ))
  • Contact

Heure

Rechercher

Calendrier

Texte Libre