Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 09:29
Le savoir que nul n'est censé ignorer

Le savoir que nul n'est censé ignorer

 

 

Ibn Rajab al-Hanbalî

 

 

Le but ici set d'établir que la quête du savoir est un moyen menant au Paradis. En effet, dans le hadith connu du Prophète (salallah'alahyi wa salam) :

 

« Lorsque vous passez par les jardins du Paradis, profitez-en! »

 

On demanda : « Que sont les jardins du Paradis ? »

Il (salallah'alahyi wa salam) répondit : « Les assemblées d'évocation ». (1)

Lorsque Ibn Mas'ûd citati cette parole, il disait : « Je vise certainement pas les conteurs, mais les assemblées de jurisprudence ». On rapporte aussi d'Anas des propos allant dans le même sens.

 

'Atâ' al-Khurâsânî dit : « Les assemblées de jurisprudence sont celles du licite et de l'illicite, montrant comment vendre et acheter, prier et jeûner, se marier et divorcer, faire le pèlerinage, etc. ».

 

Yahyâ Ibn Abî Kathîr dit : « La leçon de jurisprudence set une prière ».

 

Abû al-Sawwâr al-'Adawî était dans un groupe dans lequel on révisait la science lorsqu'un jeune homme qui était avec eux dit : « Dites : Gloire à Allah et louange à Allah! » Abû al-Suwwâr se mit en colère et s'écria : « Malheur à toi ! Que faisions-nous donc ? »

 

Le but est d'indiquer que les assemblées d'évocation ne se limitent pas spécifiqueemnt aux assemblées où l'on chante la gloire, la grandeur et la louange d'Allah, etc. Elles englobent également les lieux où l'on évoque l'ordre d'Allah et Son interdit, ce qu'Il a rendu licite et illicite, ce qu'Il aime et ce qu'Il agrée. Cette dernière évocation est d'ailleurs peut-être plus utile que la première, car la connaissance du licite et de l'illicte est une obligation générale pour tout musulman, dans la mesure où cela le concerne. L'évocation d'Allah par la langue, quant à elle, est majoritairement surérogatoire, bien qu'elle puisse être obligatoire comme l'évocation dans les prières prescrites.

 

Par contre, la connaissance de ce qu'Allah ordonne et interdit, de ce qu'Il aime et de ce qu'Il agrée, de ce qu'Il déteste et de ce qu'Il prohibe, doit être assimilée par tous ceux qui en ont besoin. C'est dans ce sens que l'on rapporte :

 

« La quête du savoir est une obligation pour tout musulman. » (2)

 

Tout musulman doit donc connaître ce dont il a besoin concernant sa religion, comme la purification, la prière et le jeûne.

 

Il faut également que toute personne qui possède des biens sache comment agir par rapport à ses biens : la zakât, l'entretien, le pèlerinage et le djihad.

 

Il est nécessaire enfin pour toute personne qui vend et achète d'apprendre les transactions commerciales licites et illicites, comme le dit 'Umar (radiy Allahu 'anhou) : « Que seul celui qui a une connaissance profonde de la religion vende dans notre marché ! » Rapporté par al-Tirmidhî. (3)

 

Il est rapporté, avec une chaîne de transmission contenant une certaine faiblesse, que 'Alî Ibn Abî Tâlib aurait dit : « La connaissance profonde vient avant le commerce. Celui qui commerce avant de s'instruire s'emprêtera dans l'usure encore et encore. »

 

On demanda à Ibn al-Mubârak : « Quel savoir les gens doivent-ils acquérir ? » Il répondit : « L'homme ne doit pas s'avanceer dans une chose sans savoir, il se doit d'interroger et d'apprendre. C'est le savoir que les gens doivent apprendre ». Il s'expliqua ensuite en disant : « Si un homme ne possède pas de biens, il ne lui ai pas obligatoire d'apprendre la zakât. S'il possède cent dirhams, il devra apprendre le combien il doit s'acquitter, quand et auprès de qui s'en acquitter, et ainsi de suite. »

 

On demanda à l'Imam Ahmad (rahimahoullah) quel est le savoir que l'homme doit acquérir. Il répondit : « Ce qui lui permettra de s'acquitter des prières et des affaires de sa religion comme le jeûne et la zakât » et il mentionna les prescriptions de l'Islam. Il conclut : « Il se doit d'apprendre cela ».

Il dit encore : « Le savoir qui incombe à l'homme est ce qui lui est indispensable dans sa prière et l'accomplissement de sa religion ».

 

 

Note

 

1) Rapporté par Ahmad, t.3 p.150 et al-Tirmidhî, n°3510. Jugé fiable par al-Albânî dans sa vérification de Sunan al-Tirmidhî.

2) Rapporté par Ibn Mâjah, n°224. Jugé authentique par al-Albânî dans sa vérification de Sunan Ibn Mâjah.

3) Al-Albânî a jugé sa chaîne de transmission fiable dans sa vérification de Sunan al-Tirmidhî, n°487.

 

 

Titre : Les héritiers des Prophètes

Auteur : Ibn Rajab al-Hanbalî

Pages : 30-32

Edition : Al-Hadîth éditions

Retranscription : oumomeya

Site : Rappel01.fr

Acheter le livre en ligne : www.daralmuslim.com

 

Repost 0
Published by la-ilaha-illallah - dans Science
commenter cet article
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 18:25
Accueille avec satisfaction tout ce qu'Allah te fait subir

Un érudit a dit:

« Accueille avec satisfaction tout ce qu'Allah te fait subir car... Il ne te prive que pour te faire une meilleure donation, ne t'éprouve que pour t'accorder le salut, ne te rend malade que pour te faire don d'une santé meilleure et ne t'ôte la vie que pour te la redonner. Tâche donc de ne point faire montrer d'insatisfaction, ne serait-ce le temps d'un clin d'oeil ! Car cela te ferait perdre Son estime. »

(Ibn Al-Qayyim dans « Madarij as-salikîn » 2/216)

Repost 0
Published by la-ilaha-illallah
commenter cet article
3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 18:10

Rappel sur l'enfer de notre frère Youssef abou Anas

 

 

Repost 0
Published by la-ilaha-illallah - dans Rappels
commenter cet article
16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 09:30
 Le souci et le chagrin n'apportent rien d'utile au serviteur

" Le souci et le chagrin n'apportent rien d'utile au serviteur, au contraire ils font plus de mal que de bien.


Ils refroidissent la résolution et affaiblissent le coeur.


Ils empêchent le serviteur de s'efforcer dans ce qui lui est utile.

Ils lui barrent le chemin [vers Dieu], le font même reculer en arrière, ou lui voilent le jalon qui à chaque fois qu'il le voyait, il retroussait ses manches et accélérait le pas.

Ce sont certes un lourd fardeau sur le dos du marcheur.

Le sentiment douloureux qui survient au coeur est de deux sortes compte tenu de sa cause :

Soit il est causé par un événement passé, il s'agit dans ce cas du chagrin

Soit il est du à une situation future envisageable, il s'agit là du souci.

Et les deux relèvent de la faiblesse:

Ce qui s'est passé ne peut pas être repoussé par le chagrin, mais plutôt en montrant de la satisfaction, en louant [Allâh], en patientant, en ayant foi en le Décret - qadar - et en répétant : " Allâh a décrété [la chose ainsi] et ce qu'Il a voulu, Il
l'a exécuté. "

Ce qui va venir [comme mal] ne peut pas être repoussé par le souci :

C'est soit quelque chose qui offre une possibilité de la repousser, dans ce cas on ne doit pas faiblir [devant une telle initiative]


Soit une chose qu'il est impossible de repousser,dans ce cas on ne doit pas s'affoler, mais on doit vêtir pour l'affronter la vêtue [spirituelle] appropriée et s'y préparer en prenant l'équipement nécessaire, à savoir l'affirmation de l'unicité de Dieu, la confiance en Lui, la soumission à Lui, la satisfaction de L'avoir comme Seigneur dans toute chose, au lieu de n'être satisfait de Lui que dans ce qu'on aime, et pas dans ce qu'on déteste. "

Source : Les Exhortations - Ibn Al Qayyim



Cheikh Muhammad Ibn Abî Bakr Ibn Qayyîm al-jawziya

Source: http://3ilm.char3i.over-blog.com/article-soucis-et- tristesse -57437366.html

Repost 0
Published by la-ilaha-illallah - dans Spiritualité
commenter cet article
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 13:13

 

 

                 Jeune du 13, 14 et 15 (du calendrier hégirien)          

 

 

=> ce qui correspond au jeudi 13, vendredi 14 et samedi 15 février 2014

 

Abou Hourayra (رضي الله عنه) a dit: "Mon grand ami (le Prophète) m'a recommandé trois choses:
1. Le jeûne de trois jours par mois.
2. Deux unités de prière entre le lever du soleil et midi.
3. Une unité de prière avant de m'endormir"
. (al-Boukhâri, Mouslim qui le rapporte aussi d'Abou Darda)

 

 

Selon 'Abdullâh Ibn 'Amr Ibn Al 'As (رضي الله عنه), le Messager de Dieu (صلى الله عليه و سلم) a dit: "Le jeûne de trois jours par mois est comme le jeûne de tout le temps". (al-Boukhâri, Mouslim)

 


Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit: "Jeûner trois jours chaque mois et jeûner le mois de ramadan jusqu'au ramadan, c'est (comme) jeûner tout le temps". (Mouslim n°1162, Abou Dâwoûd n°2425)

 

 
La préference de jeûner ces 3 jours le 13, 14, et 15 du mois lunaire

 

Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit: "O Abou Dharr, si tu jeûnes trois jours chaque mois, jeûne les treizième, quatorzième et quinzième". (At-Tirmidhî n°761, An-Nasâi n°2424)

 

Milhân (رضي الله عنه) affirme : "Le Prophète nous enjoignait de jeûner les jours blancs : les treizième, quatorzième et quinzième". (Abou Dâoûd n°2449, An-Nasâi n°2432)

Repost 0
Published by la-ilaha-illallah - dans Jeûne
commenter cet article
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 09:03

 

 

Selon Jabir ibn Abdillah (radiyallahou 3anhou), le Prophète (صلى الله عليه وسلم) a dit:

 

"Le jour de la résurrection, ceux qui étaient en bonne santé ici bas, lorsqu'ils verront la récompense des gens éprouvés (par la maladie), ils aimeraient, ce jour là, que leur peau eut été découpée par des cisailles ici-bas."

 

At Tirmidi & authentifié par Cheikh Al Albani

Repost 0
Published by la-ilaha-illallah - dans santé
commenter cet article
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 14:02

 

 

as salamu'alaykoum

 

Ouverture du concours islamique de Février 2014

 

 

 

 

Repost 0
Published by la-ilaha-illallah - dans Informations
commenter cet article
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 08:54
Mets-toi toujours du coté du Coran

Mets-toi toujours du coté du Coran

Repost 0
Published by la-ilaha-illallah - dans Citations
commenter cet article
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 07:35
Le repentir du peuple de Musa (Moïse)

Chapitre des peuples qui se sont repentis

 

Le repentir du peuple de Musa, sur lui la paix

 

Qatada rapporte d'après al-Hasan : « Musa, sur lui la paix, se tourna vers son Seigneur Tout Puissant, pour Lui demander de pardonner à son peuple l'adoration du veau. Allah répondit : « Ô Musa ! Il n'y a pas de pardon pour eux, sauf s'ils se donnent la mort. » Musa, sur lui la paix, retourna vers les siens et dit : « Ô Peuple ! Allah a refusé votre repentir, sauf si vous vous tuez. C'est cela votre repentir. « Ceci est meilleur pour vous auprès de votre Créateur. » (al-Baqara : 54). Ils répondirent : Ô Musa ! Nous endurerons l'ordre d'Allah Tout Puissant. » Ils regrettèrent ce qu'ils avaient fait et Musa, sur lui la paix, prit d'eux l'engagement qu'ils feraient preuve de patience face à la mort et au décret. « Oui » firent-ils. Le lendemain, ils se levèrent dans la cour des maisons, où chaque père était seul avec ses fils. Musa enjoignit à ceux des Banu'Isra'il qui n'avaient pas adoré le veau, de se munir de leurs épées et de tuer tous ceux qu'ils rencontreraient. Ils marchèrent dans le champs en disant : « Qu'Allah fasse miséricorde à celui qui ne se met pas debout, ne lève pas le regard, ne se défend ni par le main ni par le pied, et ne se lève pas de sa place, jusqu'à ce qu'Allah applique Son jugement. » Ils tuèrent tant et si bien qu'un homme des Banu Isra'il se rendit auprès des siens, qui étaient assis dans la cours de leurs maisons, en s'écriant : « Ceux-là sont vos frères. Ils sont venus en brandissant l'épée. Craignez Allah et soyez patients, car la malédiction d'Allah et des anges est sur tout homme qui se met debout, se lève de sa place, les fixe du regard ou se protège d'eux de la main ou du pied. » Ils répondirent : « Amin ! »

 

Ibn'Abbas rapporte : « Quand ils reçurent l'ordre de s'entretuer, les gens demandèrent : « Ô Messager d'Allah ! Comment pouvons-nous tuer les pères, les fils et les frères ? Allah fit alors descendre sur eux une obscurité qui les empêcha de se voir les uns les autres. Ils les tuèrent donc. Puis, ils s'enquirent : « Ô Musa ! Quel est le signe de notre pardon ? » Il répondit : « Que les épées et les armes cessent de tuer et que l'obscurité qui vous enveloppe se dissipe ! » Ils tuèrent au point que le sang fut à la hauteur de la taille et ils s'y enfoncèrent. Les enfants lancèrent en direction de Musa : « Ô Musa ! Grâce ! Grâce ! » Musa pleura devant Allah Tout Puissant, qui fit descendre Sa miséricorde. Les armes cessèrent de tuer. Musa cria : « Cessez de tuer vos frères, car la miséricorde est descendue. » L'obscurité se dissipa, laissant apparaître les morts. » Ibn 'Abbas ajoute : « Leurs morts sont martyrs et leurs survivants sont graciés ».

 

 

Titre : Les repentis

Auteur : Ibn Qudama Al Maqdissi

Page : 50-51

Edition : LA MAKTABA

Retranscription par : oumomeya

Acheter le livre en ligne : www.daralmuslim.com

Repost 0
Published by la-ilaha-illallah - dans Le repentir
commenter cet article
15 janvier 2014 3 15 /01 /janvier /2014 17:39
Et si vous comptez les bienfaits d'Allah

Et si vous comptez les bienfaits d'Allah,

Repost 0
Published by la-ilaha-illallah - dans Coran
commenter cet article

Présentation

  • : la-ilaha-illallah
  • la-ilaha-illallah
  • : Al-Awzâ’î a dit : « Patiente sur la Sunna, arrête-toi là où les gens se sont arrêtés, dis ce qu’ils ont dit, abstiens-toi de ce dont ils se sont abstenus, et suis la voie de tes pieux prédécesseurs, car ce qui leur a suffit te suffira. » [Al-Lâlakâ’î dans Sharh Usûl Al-Ictiqâd (315)] (( Si vous remarquez des erreurs, veuillez m'en avertir barakallahou fikom ))
  • Contact

Heure

Rechercher

Calendrier

Texte Libre